Développement et commercialisation

Organisation de la pratique du quad au Québec

Le Québec dispose d’une structure et d’un cadre de fonctionnement unique avec plus de 100 clubs et près de 50 000 membres fédérés au sein des clubs de la Fédération

On estime qu’il y a plus de 400 000 véhicules en immatriculés au Québec, Le quad se pratique aussi bien en hiver (sur des sentiers entretenus par les clubs) que durant le reste de l’année.

Le réseau de sentiers

Les clubs membres de la FQCQ offrent plus de 30 000 km de sentiers dont 13 000 km accessibles en hiver seulement, 19 000 km accessibles l’été.

Liste des régions offrant une pratique à longueur d’année sur des sentiers :

  • Bas-Saint-Laurent
  • Saguenay-Lac-Saint-Jean
  • Capitale-Nationale
  • Mauricie
  • Estrie
  • Outaouais
  • Abitibi-Témiscamingue
  • Nord-du-Québec
  • Îles-de-la-Madeleine
  • Chaudière-Appalaches
  • Lanaudière
  • Laurentides
  • Montérégie
  • Centre-du-Québec

Sentiers accessibles en été seulement :

  • Côte-Nord
  • Gaspésie

Le marché Québécois

Les aspects recherchés par les adeptes du Quad sont:

  • Des sentiers bien aménagés
  • Une signalisation adéquate
  • Des paysages agréables

Les conditions d’enneigement en hiver et disposant de vastes espaces naturels facilement accessibles par divers réseaux existants la nécessité de compter sur une organisation près du terrain formée de clubs locaux regroupés au sein d’un organisme provincial fort et représentatif.

Impact économique sommaire de l’activité quad au Québec

Les dépenses directes associées à la pratique de l’activité Quad dans l’ensemble du Québec sont évaluées à environ 1.5M$. Ces dépenses sont effectuées surtout dans des régions où l’économie est moins diversifiée.

Le développement du produit passe par:

  • La mise en place de sentiers de qualité, bien localisés, bien aménagés, facilement accessibles, interrelliés, bien répertoriés et cartographiés.
  • Le développement de réseaux alvéolaires accessibles par les grandes routes de Quad dans des
  • Environnements à haut potentiel d’attractivité.
  • Une emphase particulière dans les régions situées au nord du Saint-Laurent ayant de meilleures conditions d’enneigement en hiver et disposant de vastes espaces naturels facilement accessibles
  • Par divers réseaux existants.
  • La nécessité de compter sur une organisation près du terrain formée de clubs locaux regroupés au sein d’un organisme provincial fort et représentatif.

Bâtir la FQCQ du vingt-et-unième siècle

La Fédération Québécoise des Clubs Quad a vu le jour en 1985. Le vingt-et-unième siècle a déjà vingt ans et la FQCQ trente-cinq ans. Il est temps de penser à l’avenir. Le monde change. Les nouvelles générations, les nouvelles technologies arrivent. Il faut leur donner de la place. Retrouver du sang neuf pour entretenir les sentiers. Convaincre pour conserver la place de la FQCQ dans la société. Négocier pour se faire entendre des ministères. Réunir pour être reconnue. Renforcer la fierté et le sentiment d’appartenance aux clubs de la fédération. Parce que rien n’est acquis. Parce que la FQCQ, c’est nous tous.

Et que de chemin parcouru. En 35 ans, PLUS DE 110 clubs de quadistes se sont créés, regroupant presque 50 000 membres et plus de 3 000 bénévoles. La FQCQ a aussi obtenu une contribution perçue a même l’immatriculation pour financer une partie de l’activité. C’est un sentiment de fierté pour tous ceux qui ont participé a cet effort. Ils sont nombreux et ils se reconnaitront.

Le modèle québécois que nous envie bien des pays, est basé sur trois piliers :

  • Un financement du gouvernement, car nous encadrons la pratique sécuritaire et nous favorisons le tourisme.
  • Un financement des membres des clubs avec un droit d’accès.
  • Un travail bénévole de certains membres qui permettent d’économiser sur la masse salariale. Sans bénévoles, le droit d’accès coûterait trois fois plus cher.

Les défis à relever :

  • La relève des bénévoles
  • L’entretien des sentiers 
  • La machinerie 
  • La négociation des droits de passage 
  • La stabilisation du réseau en terre publique 
  • Les infrastructures 
  • Le financement équitable pour les clubs 
  • La professionnalisation des tâches 
  • Le respect des règles en sentiers 
  • Les relations inter ministérielles 
  • L’acceptabilité sociale 
  • L’harmonie entre les clubs 
  • La gestion des réseaux sociaux 

BÂTIR LA FQCQ DU 21e SIÈCLE

Email copié dans dans vote clipboard