Tout savoir (ou presque) sur la période de dégel !

Tous les ans le sujet revient : la période de dégel. C’est le temps où la circulation n’est pas autorisée partout. Car la fonte des neiges rend les sols impraticables, ou sensibles aux passages des véhicules qui créent de profondes roulières.

Tous les ans, certains membres se plaignent. Ils ont payé, ils ont le droit de passage collé sur la carrosserie, et ils ne peuvent pas circuler. Malheureusement, la Nature a tous les droits, et il n’y a rien d’autre à faire que de se plier à ses règles. Mais par chance, la période est relativement courte. Environ 15 jours en moyenne.

Qu’est-ce que le dégel ? 

Ce phénomène existe aussi pour le réseau routier asphalté québécois. Le ministère des Transports informe que le sol gèle pendant plus de quatre mois, à une profondeur comprise entre 1,2 mètres et 3 mètres. En période de dégel, la surface est de 30 à 70 % plus fragile qu’habituellement. Saviez-vous que les camions doivent réduire leur charge de 8 à 20 % pendant les périodes définies par le Ministère? 

Car pour un poids identique, l’effort de tension est de cinq à huit fois plus élevé pendant le dégel!

Même si les sentiers ne sont pas asphaltés, ils subissent le même stress. 

Deux facteurs augmentent la fragilisation des sols. Les pluies abondantes viennent laver le sol et aider au dégel. La glace se change en eau. Cela humidifie dangereusement les terrains et peut conduire à des inondations.

Le sol humide et fragilisé par les accumulations d’eau augmente la profondeur des ornières au passage des véhicules hors route. 

Quand ?

La période de dégel varie selon le lieu au Québec. Pour comparaison, le ministère des Transports en compte trois sur le réseau routier de la province. Pour les sentiers fédérés, la période habituelle est du 1er au 15 mai, mais elle peut changer selon chaque club. 

Il est important de préparer son itinéraire en consultant la carte interactive de la FQCQ ou l’application iQUAD. Vous pouvez compléter votre recherche sur le site internet et la page Facebook du club concerné. En cas de grands doutes, en dernier recours, appelez directement la FQCQ.

Il est important de ne pas acheter des droits pour un jour ou trois jours sans avoir consulter la carte ou l’iQUAD. La vente de ces droits temporaires n’est pas bloquée sur le site internet pendant les périodes de dégel (qui peuvent varier selon l’endroit). Acheter un droit temporaire ne vous donne pas l’autorisation de passer sur un sentier fermé pour cause de dégel.

Les dangers 

Tous les quads et autoquads n’ont pas la même largeur de roues, ni le même poids. Entre 42 et 66 pouces, il y a un monde de différence. Si un côte-à-côte défonce un sentier, le quad qui passe après risque de poser son châssis au sol, avec les roues dans une roulière trop profonde. 

Il suffit d’un seul véhicule pour abimer un sentier, en creusant une importante ornière qui deviendra permanente en séchant avec les temps chauds.

Ceux qui aiment la bouette sont priés de trouver des trous (autorisés), car les sentiers fédérés ne doivent pas servir à cette utilisation, au risque d’être défigurés et impraticables. Pendant cette époque humide, certains ponts peuvent être fragilisés également, ainsi que les assises des passerelles et les ponceaux. 

Par le passé, des structures ont été abîmées, ce qui a conduit à des normes de construction très restrictives. Les coûts de construction ont explosé, et ils pèsent dans le budget des clubs. Des véhicules hors route pourraient tomber d’un pont en cas d’effondrement de celui-ci. C’est à bien y penser avant d’ignorer et de passer une barrière « sentier fermé » ou d’ignorer les informations du site du club quad concerné.

Les nouveaux pratiquants  

Les ventes de motoquads neufs ont augmenté de 32 % en 2020, sans parler des autoquads dont les ventes ne sont pas connues. Il y a beaucoup de nouveaux conducteurs dans les sentiers. Alors chers nouveaux membres quadistes, portez attention aux périodes de dégel, même avant le 1er mai. La conduite du quatre-roues est d’ailleurs plus délicate à cette période de l’année, car vous risquez de vous enliser, et d’abîmer les sentiers. L’ornière que vous creuserez va sécher et rester longtemps, rendant la circulation plus difficile. Ne sortez pas seul, vous aurez peut-être besoin d’aide pour sortir le quad de la roulière.

L’incidence sur le droit de passage  

Le droit de passage est vendu à un prix raisonnable grâce à l’aide de nombreux bénévoles qui se dévouent pour accomplir des tâches essentielles, qui coûteraient cher dans la balance si elles devaient être rémunérées.

Si vous prenez un droit de passage annuel de 337 $ incluant l’assurance, la partie du droit d’accès seul est facturée 287 $. Soit moins de 0,79 $ par jour. Pour quinze jours de dégel, l’incidence est inférieure à 12 $. Pour un droit d’accès estival de 177 $ sans la partie assurance, la répercussion est 0,96 $ par jour, soit 14,40 $ pour 15 jours. Ces chiffres sont théoriques, car les conditions climatiques ne sont jamais compensées dans un abonnement de sport ou de loisir. Mais la conséquence sur le prix du droit d’accès est minime.

Si vous voulez faire des économies, vous pouvez acheter votre passe estivale entre le 17 avril et le 9 mai, pour épargner 20 $. Sur un droit d’accès annuel acheté entre le 27 octobre et le 8 novembre, vous économiserez 30 $.

Toujours pour préserver votre bas de laine, vous ne payez pas pour rouler sur les sentiers fédérés situés à l’intérieur d’une zec. Mais vous devez vous enregistrer quand même à l’entrée et à la sortie de la zone.

Le respect des propriétaires 

Rappelez-vous, la majeure partie du réseau de sentiers passe chez des propriétaires terriens. Ils donnent l’autorisation de circuler sur une partie bien définie de leur propriété. N’abîmez pas leurs terres. Ne creusez pas des roulières qui défigurent leur bien privé. Si un panneau empêche le passage, vous n’avez pas le droit de l’ignorer. Vous seriez alors en infraction et vous pourriez recevoir un ticket. Et si le sentier est ouvert, ne sortez pas de la piste. 

Vous ne visitez pas toute la maison sans l’autorisation des maîtres des lieux quand vous êtes invités à manger chez des amis… C’est pareil dans les sentiers!

Il y a eu plusieurs incivilités cet hiver, plus qu’avant. De nombreux passages très importants sont sur le bord d’être fermés. Ne laissez pas déconnecter ce fameux réseau de sentiers qui fait notre fierté au Canada et dans le monde grâce aux liens interrégionaux reconnus pour favoriser le tourisme et les loisirs. 

En résumé, consultez la carte interactive de la FÉDÉ ou l’application iQUAD. Surveillez les pages Facebook, vérifiez les sites internet des clubs de quad dont vous allez emprunter les sentiers. Le dégel est une phase critique passagère qu’il faut respecter pour ne pas abîmer les sentiers de manière permanente.

Email copié dans dans vote clipboard