Développement économique Canada subventionne les équipements lourds de la FQCQ

Le 16 décembre 2020, le gouvernement du Canada annonçait le renouvellement de l’Initiative de tourisme hivernal, dotée d’une enveloppe de 10 millions de dollars sur deux ans en vertu du Programme de développement économique du Québec de Développement économique Canada (DEC).

Dans le communiqué visant à officialiser la grande nouvelle, on affirmait que, destinée à accroître les retombées économiques liées à la pratique d’activités hivernales en sentiers, «cette initiative permettrait de faire l’acquisition d’équipements nécessaires à l’entretien sécuritaire de sentiers de ski de fond, de motoneige et de quad.»

Pour la Fédération québécoise des clubs quads (FQCQ), il s’agit non seulement d’une excellente nouvelle, mais surtout d’une victoire.

«Ça fait des années qu’on travaille dans le but d’obtenir la reconnaissance touristique au sens où l’entend le gouvernement fédéral, fait valoir Danny Gagnon, directeur général de la Fédération québécoise des clubs quads. On fait désormais partie de la stratégie touristique hivernale du gouvernement fédéral, notamment parce que nous représentons une activité hors route qui fonctionne sur quatre saisons, dont l’hiver. Chaque année, nous accueillons quelque 4000 quadistes de l’Ontario et entre 1000 et 2000 amateurs de sentiers venus des États-Unis. Évidemment, toutes ces personnes génèrent des retombées économiques au Québec.»

Force est de constater que, chaque année, les activités liées à la pratique du quad génèrent des retombées économiques de 1,5 milliard sur l’ensemble du territoire québécois.

Des surfaceuses désuètes

Au sein du réseau que gère la FQCQ, l’argent allongé par le gouvernement fédéral servira à acquérir de nouveaux équipements servant à entretenir les sentiers, et tout spécialement des surfaceuses dont le coût unitaire avoisine les 300 000 dollars.

«On compte 269 véhicules d’entretien de ce genre dans l’ensemble du réseau. Nous sommes donc désormais en mesure de rajeunir le parc de surfaceuses, d’améliorer la qualité du réseau pour les utilisateurs et, du même coup, d’avoir un impact positif pour les bénévoles. Facile de comprendre que, lorsque ceux-ci partent faire l’entretien des sentiers durant la nuit, ils n’aiment pas tomber en panne ou avoir des problèmes d’ordre mécanique quand la température affiche -25 degrés Celsius», expose M. Gagnon.

Députée de Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national, Mme Diane Lebouthillier reconnaissait lors de l’annonce faite par le gouvernement que «la pratique d’activités hivernales en sentiers contribue grandement à la vitalité économique des régions du Québec et à la pérennité des entreprises locales, admettant que l’offre de pistes de meilleure qualité ne peut que renforcer la réputation et la notoriété du Québec comme destination de choix pour la pratique de ces activités.»

De son côté, le président de Québequad, Réjean Blouin, souligne que le rajeunissement de l’équipement lourd dédié à l’entretien des sentiers ne pourra que rendre ces derniers plus agréables et sécuritaires. «La Fédération québécoise des clubs quads accueille favorablement la décision de DEC de reconnaître l’activité quad comme un levier important du développement touristique et économique des régions. Ce financement permettra aux clubs de quad qui sont en opération annuellement, d’entretenir les sentiers hivernaux adéquatement afin de rendre l’activité quad sécuritaire et agréable», a-t-il partagé lors de l’annonce faite par le gouvernement du Canada.

Email copié dans dans vote clipboard