Les associations touristiques régionales : des alliés de choix!

Les associations touristiques régionales (ATR) représentent les divers intervenants touristiques des régions et jouent un rôle important de concertation et de catalyseur dans leur milieu. Partenaires de choix pour la Fédération des clubs quad du Québec (FQCQ), elles contribuent notamment à faire briller le travail de la fédération et des différents clubs un peu partout au Québec. C’est notamment le cas dans la région de Chaudière-Appalaches.

« Dans Chaudière-Appalaches, le quad est un produit que nous mettons à l’avant-plan depuis longtemps. Ici, on trouve d’importants réseaux de sentiers en toiles d’araignée. Il y a de très beaux sentiers de quad partout au Québec, mais l’avantage que nous avons est de pouvoir bifurquer un peu partout. On peut faire une boucle très facilement. Pour cette raison, c’est facile de planifier des randonnées de différentes durées. Dans les autres régions, le plus souvent, on suit le même sentier, c’est donc moins facile, à moins de rebrousser chemin », expose d’emblée Louis Chamberland, directeur des affaires électroniques au sein de l’équipe de tourisme Chaudière-Appalaches.

Certains quadistes choisissent aussi de s’établir une sorte de petit camp de base dans un hôtel de la région afin de pouvoir effectuer différentes sortes de randonnées.

« Ils peuvent partir d’un côté ou de l’autre sans jamais emprunter les mêmes sentiers, indique M. Chamberland qui souligne aussi le côté sécuritaire de sa région puisque la proximité de plusieurs villages permet, entre autres, de trouver facilement de l’essence.

L’importance de la carte

L’organisation Tourisme Chaudière-Appalaches n’est pas peu fière de proposer une carte très appréciée aux amateurs de quad.

“Nous avons été parmi les premières organisations touristiques à proposer une carte aux quadistes. Notre carte hydrofuge est fabriquée avec du papier de type Polyart ; elle résiste donc à l’eau et aux déchirures et peut rester plusieurs années dans le coffre d’un quad. Qu’elle soit utilisée ou non, elle va rester belle”, fait valoir Louis Chamberland.

“L’intérêt de cette grande carte est de présenter l’ensemble de la région ainsi que tous les services offerts dans notre région, poursuit-il. On considère que notre carte papier est un bel atout complémentaire à l’application iQuad de la Fédération et à la carte quad qu’on peut consulter à partir d’un ordinateur. On est dans une époque où les gens aiment encore parfois planifier sur une carte papier et, une fois rendus sur le terrain, ils utilisent iQuad pour se rassurer ou afin de savoir si un sentier est fermé ou obtenir d’autres informations en temps réel.”

La clientèle locale majoritaire

En matière de promotion et de rayonnement, le quad gagne des adeptes d’une année à l’autre. Cependant, la très grande majorité des utilisateurs des sentiers quads au Québec proviennent… du Québec.

“On est partenaire avec la Fédération des clubs quad du Québec en matière de développement de la route quad. On contribue notamment à en faire la promotion. On le sait, les Européens et les Américains adorent faire du quad. Cependant, malgré des actions posées dans le passé pour attirer cette clientèle dans la région, celle-ci demeure néanmoins très marginale. La perception du quad n’est pas la même partout. Aux États-Unis, il semble que les gens ne soient pas tant en mode randonnée. Quoi qu’il en soit, c’est assurément en développement”, estime l’employé de l’ATR de Chaudière-Appalaches.

Il faut dire que, dans la région Chaudière-Appalaches, toutes activités touristiques confondues, la clientèle provient à 95 % du Québec. 

Qu’à cela ne tienne, l’industrie quad continue de prendre de l’ampleur d’année en année et fait aussi l’objet d’un nombre d’appuis grandissant.

“Oui, on constate que l’industrie reçoit de plus en plus d’appuis. Le quad n’est décidément pas une activité à négliger. L’impact économique est quand même assez grand et se calcule sur toute une année”, fait remarquer M. Chamberland.

Celui-ci reconnaît aussi que l’industrie quad est aujourd’hui plus mature et mieux structurée qu’autrefois.

“Il y a une maturité et une solidité qu’on reconnaît au sein des clubs quad et de la Fédération. Ils sont mieux structurés. Les sentiers aussi sont mieux structurés et signalisés. Quant au réseau, il est plus vaste”, observe-t-il.

Selon lui, et dans un tout autre ordre d’idée, le succès des véhicules de type Side By Side contribue aussi à l’engouement sans cesse croissant pour ce loisir en plein air.

“La randonnée à deux amène une nouvelle dimension à ce produit touristique. Il y a quelques années, certaines personnes avaient des doutes à savoir s’il serait possible d’emprunter les sentiers avec ce type de véhicule, mais depuis que ce dossier est réglé, on ne peut que constater le succès que connaissent les Side By Side, remarque M. Chamberland. Ceux qui faisaient du quatre roues en couple trouvent désormais plus de confort.”

En matière de retombées économiques, dans la région Chaudière-Appalaches, certaines stations d’essence sont en mesure de poursuivre leurs activités en grande partie grâce aux arrêts faits par les propriétaires et locateurs de VTT. Certains hôtels sont aussi très heureux de pouvoir compter sur cette clientèle grandissante.

Évidemment, et tout particulièrement durant la saison froide, grâce aux droits d’accès, les amateurs de quad ont accès à des paysages uniques.

“Dans notre région, on compte beaucoup de sentiers situés en terres privées. Cela permet de voir et de découvrir le Québec d’un point de vue tout à fait unique”, assure Louis Chamberland.

Chose certaine, la région de Chaudière-Appalaches est, elle aussi, le théâtre d’un succès grandissant pour la planète quad.

“La pandémie a définitivement conduit plusieurs personnes à se tourner vers des activités de plein air et, parmi elles, on compte assurément la pratique du quad”, expose le spécialiste du domaine touristique.

En effet, si l’on se fie aux propriétaires de concessions qui ont fait des affaires d’or en 2020, on comprend qu’il y aura plus de VTT sur les sentiers, et ce, tout au long des quatre saisons durant lesquelles il est possible de pratiquer cette activité de plein air.

Les ATR en bref

Dans le contexte de leur développement régional, les ATR sont des organismes autonomes, mais respectent un plan d’ensemble de concert avec leur milieu et le ministère du Tourisme.

Le financement des ATR, précisons-le, provient principalement de l’engagement financier des intervenants régionaux. Le ministère du Tourisme contribue aussi financièrement par l’entremise de programmes d’aide au fonctionnement et par différents autres programmes tels que la publicité coopérative, la promotion coopérative et pour tout autre programme jugé pertinent. Les associations touristiques régionales occupent un rôle prépondérant tout particulièrement dans trois secteurs, à savoir la promotion et la mise en marché ; l’accueil, l’information et la signalisation touristiques, ainsi que le développement et la structuration de l’offre.

Email copié dans dans vote clipboard